deutsch  /  français  /  italiano

4 ans de gymnase au moins!

Notre revendication: «4 ans de gymnase au moins»

Plusieurs études montrent qu’une durée minimale d’enseignement constitue l’une des garanties essentielles de la qualité !

Quoique la Conférences des Directrices et Directeurs de Gymnase Suisses, la SSPES, le groupe de révision ORRM 2007, PGYM, la SMAK et la CSM le recomandent, quoique EVAMAR le prouve explicitement, la politique semble définitivement ignorer ce fait . „La durée des études de la maturité gymnasiale sera également un thème, mais seulement dans une deuxième phase“, écrit la CDIP dans éducation No 2 2010. - La SSPES doit s'engager sur l'échelon national !

La SSPES demande à la Confédération, plus spécifiquement au Département fédéral de l’intérieur, et à la CDIP d’harmoniser dans toute la Suisse la durée des gymnases à 4 années au moins, sans exception. La deuxième partie de l’alinéa 2 « Un cursus de trois ans… » doit donc être supprimé.

4 ans de gymnase au moins!

Notre revendication: «4 ans de gymnase au moins»

Plusieurs études montrent qu’une durée minimale d’enseignement constitue l’une des garanties essentielles de la qualité !

Quoique la Conférences des Directrices et Directeurs de Gymnase Suisses, la SSPES, le groupe de révision ORRM 2007, PGYM, la SMAK et la CSM le recomandent, quoique EVAMAR le prouve explicitement, la politique semble définitivement ignorer ce fait . „La durée des études de la maturité gymnasiale sera également un thème, mais seulement dans une deuxième phase“, écrit la CDIP dans éducation No 2 2010. - La SSPES doit s'engager sur l'échelon national !

La SSPES demande à la Confédération, plus spécifiquement au Département fédéral de l’intérieur, et à la CDIP d’harmoniser dans toute la Suisse la durée des gymnases à 4 années au moins, sans exception. La deuxième partie de l’alinéa 2 « Un cursus de trois ans… » doit donc être supprimé.

L'avenir du gymnase

De nombreux rapports et études viennent d’être publiés sur la situation des gymnases ; ils analysent leur situation sous des angles différents et parfois contradictoires. A leur lecture, la SSPES ne voit aucune nécessité d’effectuer une réforme des structures par le biais d’une révision totale de l’ORRM. Elle propose en revanche, de nombreuses réformes internes. Certains points bien documentés des quatre études les plus importantes – en particulier EVAMAR II – sont précisément analysés dans une prise de position détaillée.

Le comité central a préparé deux documents :

ETH (2009)

Mandatée par l’ETH Zurich, il s’agit d’une comparaison entre les notes de maturité et les notes obtenues lors des premiers examens à l’ETH. L’étude révèle une étroite corrélation entre les deux, ce qui ne peut que réjouir les gymnases. – La SSPES apprécie un feedback bien documenté de la part des universités, du moment que les limites sont clairement présentées et suffisamment claires pour tous les non-professionnels. Elle attend, dans des délais raisonnables, de semblables analyses de la part d’autres secteurs d’études, par exemple des facultés de médecine ou des Hautes Ecoles Pédagogiques. La SSPES demande que les données des établissements soient mises à disposition des gymnases, mais s’oppose à toute forme de « ranking ».

Article dans le GH 01/2009 (en allemand)